Rechercher

Comment booster son immunité !

Les saisons, un art de vivre

Au début du texte antique de médecine chinoise appelé le Su Wen (que l’on date à 3000 ans avant JC), mentionne que le pilier fondamental de la bon

ne santé est de « respecter le cycle des saisons et avoirs des désirs simples ». Pour cette philosophie, être en accord avec le rythme des saisons est une condition indispensable pour vivre en bonne santé et s’épanouir en tant qu’individu.




On redécouvre aujourd’hui ces préceptes pleins de bon sens avec le mouvement du manger local et de saison. Mais ces recommandations ne sont pas pour des raisons environnementales ou financières. Les chinois antiques considéraient qu’un aliment consommé localement et à la bonne saison était bien plus chargé en énergie qu’un aliment ayant voyagé. Ces aspects ont été validé de nos jours par les analyses: quand on respecte le rythme de croissance et la fraîcheur d’un aliment, il est bien plus intéressant nutritionnellement.


Le génie de la pensée chinoise

Mais pour les chinois, le respect du rythme saisonnier ne se limitait pas aux aliments. C’est l’hygiène de vie globale qui est impactée par le cycle des saisons. Par exemple, c’est se lever tôt et se coucher tard en été et se lever tard et se coucher tôt en hiver. Normal, puisqu’en hiver, c’est le temps d’hibernation, où le sommeil devrait être le plus long.

Autre exemple : au printemps, c’est la période où la nature se réveille. Et bien c’est une période où l’homme doit suivre ce mouvement, c’est à dire sortir de chez soi et commencer de nouvelles choses.


Jusqu’à présent, nous étions dans du bon sens, certains diront que c’est simplement suivre le cycle du soleil : en activité le jour et en repos la nuit. Mais le génie de cette pensée chinoise est d’avoir fait les liens entre les saisons et des structures corporelles ou des organes. Chaque organe est en relation avec une saison, comme s’il était le garant de la synchronicité de l’homme avec la terre et ses saisons.

Et c’est ces relations qui font que la médecine chinoise est une réelle médecine préventive. S’occuper d’un organe à sa saison, c’est lui permettre de fonctionner au mieux toute l’année.


Dans un précédent article, j’ai déjà abordé le lien existant entre le foie et le printemps. Nous sommes donc dans cette saison en ce moment il vous faudra donc privilégier cette approche de l'alimentation en plus de ce que nous allons voir. Ici, nous allons voir les relations entre l’automne et le système immunitaire.


Yang Sheng Fa « Nourrir la vie »

Yang Sheng Fa signifie littéralement « Méthodes pour nourrir la vie ». Elle est issue de l'expérience transmise par les sages de la Chine ancienne, adepte de la philosophie taoïste. Le Taoïsme est l'une des trois grandes écoles philosophiques qui imprègnent la pensée et la culture chinoise traditionnelle, les deux autres étant le Confucianisme et le Bouddhisme.



« Nourrir la vie », c'est savoir comment entretenir sa santé et vivre mieux plus longtemps; conserver la santé, prévenir les maladie, améliorer la santé et prolonger l’espérance de vie par des moyens variés comme cultiver son esprit, avoir une certaine diététique, exercer son corps, avoir une sexualité modérée et s’adapter au froid et au chaud. En bref toutes les activités qui soutiennent la santé et l’améliorent.


Le renforcement de l'énergie vitale comme source d'immunité.

Depuis des temps reculés, les médecins chinois observent que, placées dans les mêmes conditions, certaines personnes résistent mieux que d'autres à la contagion. Ils attribuent ce fait à une constitution physique plus forte et surtout à une "énergie vitale" ou "qi" plus grande.


Les individus les plus robustes et les mieux pourvus en énergie vitale sont, moins que les autres, victimes des épidémies. Cette constatation amène Xun Zi (-313/-238) dans ses « Discussions sur le ciel–concept de nature » (Tian Lun) à insister sur l'importance d'une nourriture saine, d'un entraînement physique approprié et d'un accroissement du potentiel d'énergie vitale, comme étant la meilleure façon de protéger le corps humain contre les maux épidémiques.


Une des formes d'expression de l'énergie au sein de notre corps est ce que l'on appelle l'énergie défensive (Wei Qi). Cette énergie défensive est élaborée sous le contrôle des Reins en lien avec les Poumons (qui contrôle la peau et le système digestif; protège ainsi « l’organisme intérieur » de la pénétration d’agents pathogènes externes)


Intestins et poumons, bases de l’immunité

Selon la médecine chinoise, les poumons et le gros intestin sont les deux organes qui font les défenses de l’organisme.


Pour les intestins, c’est relativement facile à comprendre maintenant que la science a mis en lumière le rôle de la flore intestinale (microbiote) sur l’immunité. En effet, l’équilibre du microbiote intestinal est le facteur majeur qui détermine notre capacité immunitaire. Aussi, la physiologie chinoise indique que les intestins sont directement en relation avec la sphère ORL.



Concernant le rôle des poumons sur l’immunité, la médecine chinoise enseigne qu’ils sont les maîtres de la vitalité et de l’énergie. Chacun sait qu’une baisse globale de l’énergie rend l’organisme plus perméable aux infections. Selon cette médecine, la respiration est un facteur essentiel pour que les défenses de l’organisme soient opérationnelles. On commence à avoir des études statistiques qui prouvent les bienfaits des pratiques respiratoires (yoga, qi gong, tai chi…) sur l’immunité.


Booster son immunité

Hygiène de vie

Du point de vue de la médecine chinoise, renforcer son immunité c’est dynamiser le système énergétique du Poumon ! En d’autres termes, c’est adopter une hygiène de vie en lien avec l’énergie du métal.


Cela signifie :

  • Au niveau alimentaire : consommer des légumineuses, des fruits oléagineux, des céréales, des agrumes…). Consommer les aliments piquants, qui rechargent le métal (ail, oignon, poireau, radis, fenouil, brocolis…) et ajouter des aromates (thym, basilic, origan…). En infusions vous pouvez privilégiez les plantes comme la racine d’astragale, l’eucalyptus ou encore le thym. La propolis aussi, s’inscrit parfaitement dans le renforcement de l’énergie du métal.



  • Au niveau du rythme de vie : se coucher plus tôt, faire un peu d’activité physique, limiter les activités en fin de journée (la période métal de la journée), favoriser les activités douces (marche, méditation, lecture…)


  • Au niveau psychologique : profitez de cette période pour vous débarrasser de vos feuilles! Triez, jetez, faites le vide dans votre maison, dans vos relations. Mais aussi dans votre intime intérieur : lâcher prise et évacuer. Pour ne garder que l’essentiel.



Cultiver le calme et la confiance pour améliorer son immunité

La Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) met en lien les émotions avec les différents organes (en tant que fonctions énergétiques et non pas seulement en tant qu'organes physiques). En l'occurrence, l'émotion associée aux Reins est la peur. De ce fait, crier au loup peut avoir pour effet de créer un sentiment d'insécurité, une forme de peur qui va atteindre les Reins, et entraîner une moindre qualité et quantité de l'énergie défensive, et donc faire baisser les capacités immunitaires.




111 vues